Depuis quelque temps, je constate que j’ai changé et que ma vie n’est plus la même. Je comprends que mon chemin ne sera plus jamais pareil. Que je ne pourrais plus jamais revenir sur ce que je sais et que je comprends différemment aujourd’hui! Je ne vois plus la vie comme avant et je ne comprends malheureusement (ou heureusement) plus certains comportements que j’avais jadis. Je suis différente et je le constate encore plus dans le regard qu’ont les autres sur moi.

J’ai compris

J’ai compris dans la dernière année que je pouvais faire ce que je voulais réellement dans la vie. Que de vivre ne veut surtout pas dire « être ce que les gens veulent que l’on soi » et encore moins « croire que nous sommes ce que les gens veulent que nous soyons ». Je ne veux plus prouver quoi que ce soit à qui que ce soit. Je ne veux plus prendre de décisions pour faire uniquement plaisir. Je fais des choix qui sont difficiles parfois pour les gens qui m’entourent. J’ai retiré des gens de ma vie parce que je ne me sentais plus à l’aise à leur contacte et que je voulais être intègre avec moi-même et ne plus avoir à faire semblant. On fait si souvent semblant. On fait trop souvent semblant. Et avec le temps je sais que plusieurs personnes s’éloigneront et d’autres se rapprocherons et ainsi va la vie.

J’ai compris des choses sur le monde qui m’entoure et ça me donne le vertige. J’ai surtout compris qu’être marginal, différent et de croire en nos propres convictions n’est pas négatif. Tout le monde est différent, malgré que plusieurs essaient tant bien que mal de ressembler à tout le monde. Tout le monde a quelque chose de beau et de bon à offrir. Tout le monde peut et doit faire ce qu’il veut dans la vie. On en est tous capables. Nous avons la chance de vivre dans un pays libre. Liberté que nous oublions trop souvent.

Qu’êtes-vous prêt à laisser tomber?

J’ai quand même compris que de faire ce que l’on veut dans la vie, c’est de laisser tomber certaines choses. Il est impossible de tout avoir. Il faut faire des choix. J’ai lu un texte un jour qui m’a grandement fait réfléchir et j’en ai retenu cette question existentielle : À quel point êtes-vous prêt à souffrir ou qu’êtes-vous prêt à laisser tomber pour votre bonheur ou pour le succès. Et croyez-moi, il y aura forcément quelques choses. On prend, on laisse. Pour prendre, on doit laisser. Lorsqu’on laisse, parfois on en souffre, mais l’objectif final du bonheur en vaut forcément la peine.

J’ai laissé ma stabilité, j’ai laissé ma famille et mes amis(e)s. J’ai laissé aller la femme de carrière que je voulais être. J’ai laissé tout le matériel que j’avais accumulé toute durant toute ma vie. J’ai laissé aller de l’argent que j’avais fait, que je voulais faire et que j’étais sur le point de sûrement faire. J’ai laissé tomber mes oeillères, celle qui me réconfortait de suivre la parade que l’on nous impose. J’ai laissé tomber plusieurs convictions qui n’étaient pas les miennes, mais plutôt celle que j’avais adoptée avec le temps afin de donner du sens à ma vie et ainsi justifier ma façon de vivre et d’être. J’ai vécu de l’angoisse, du stress, de l’insécurité… j’ai été extrêmement remuée! Et après avoir délaissé tout ce que j’ai et que je connaissais, j’ai finalement pris plusieurs choses et j’ai fait mes choix.

Je me suis donné une liberté incroyable. Je me suis donné le droit de vivre avec curiosité la vie de mes rêves. Je me suis donné le droit de faire des expériences incroyables et de voir des choses que je ne croyais jamais voir. Je me suis donné le droit de ne pas correspondre aux attentes de mes proches et de ne pas être comme la plupart des gens que je connais. Je me suis donné le droit de vivre sans stress, au rythme de mon corps, de mes envies et de vivre la vie que je souhaite vraiment.

Se trouver des défaites

J’ai longtemps choisi le chemin le plus facile. Et si vous demandez à mes proches, mon chemin était loin de l’être. Malgré tout, je considère que c’était le chemin facile. Pourquoi? Parce qu’il correspondait à ce que la société attendait de moi. J’ai suivi le chemin de la consommation, de l’achat, de l’endettement, de l’entrepreneuriat, de vivre même si on n’en a pas les moyens comme plusieurs le font. Mais comme je le disais, il faut savoir faire des choix. J’ai décidé de ne plus consommer comme je le faisais auparavant. J’ai décidé de vendre mes choses pour rembourser mes dettes. J’ai décidé de voyager et de découvrir le monde en ouvrant mes yeux et mon coeur au maximum.

J’ai longtemps cru que c’était impossible. Que je ne pouvais pas me le permettre, mais que peut-être un jour, j’allais pouvoir vivre ce que je vis présentement. Mais vous savez quoi? Il ne s’agissait pas d’argent et encore moins de chance… mais plutôt une série de choix que j’avais a faire pour atteindre ce qui correspond à la vie que je voulais avoir, maintenant. Une série de choix parfois difficiles, mais qui correspondent maintenant à ce que je souhaite vraiment. Je me suis donné le droit de changer et j’ai changé… pour le meilleur et surtout pour moi-même.

Participez à la discussion

commentaires